Faire une pause dans un cycle de force : avantages et inconvénients

Vacances, blessure, baisse de motivation… Plusieurs raisons peuvent nous pousser à faire une pause dans un cycle de force. Mais quand on parle de pause, de quoi parle-t-on vraiment ? Est-ce une coupure totale ? Une phase de récupération active ? Et quels en sont les effets ? Essayons d’y voir un peu plus clair !

 

L’importance de la récupération

Pour un sportif, qu’il soit amateur ou confirmé, la coupure totale est assez rare, hormis pour cause de blessure. Il s’agit d’une période durant laquelle l’individu ne fait aucune activité physique. Si ce break total est peu fréquent, c’est qu’une personne qui va à la salle toute l’année a le sport dans la peau… Même en vacances, elle va nager, faire des randonnées, quelques pompes matinales, bref la coupure totale dure rarement plus d’une semaine ou deux. Nous verrons dans le chapitre suivant, les effets physiques d’un break total.

La récupération active quant à elle, est plus fréquente. Elle se caractérise par une baisse de l’activité physique pendant une période limitée. Quelle que soit la discipline pratiquée, il existe un équilibre à trouver entre entraînement et récupération et chaque athlète le sait : le repos fait partie intégrante de l’entraînement. Cette phase est indispensable pour de nombreuses raisons :

– Eviter une saturation mentale

– Limiter les risques de blessures

– Régénérer son corps

 

 

Les effets d’une coupure totale plus ou moins prolongée

Vous êtes blessés ou complètement démotivés, vous ne faites plus aucune activité sportive ? Aïe… Voyons les effets de cette inactivité dans le temps.

– 2 ou 3 jours de off : Ces jours de pause sont bénéfiques. Certes, il serait préférable de les remplacer par de la récupération active, un peu de marche ou de la natation par exemple, mais pas d’inquiétude, vous ne perdez rien, au contraire ! Votre corps a en effet besoin de cette période pour se regénérer et prendre du muscle.

– 10-15 jours de pause : Selon votre état d’esprit, soit vous savez que vous allez revenir encore plus fort à l’entraînement, soit vous commencez à culpabiliser. Dans les deux cas, ne tardez pas trop à revenir à la salle. Certes vous n’avez pas perdu de masse musculaire et votre corps est bien reposé, mais on commence à observer une diminution de la VO2 max (consommation maximale d’oxygène) et vos muscles semblent un peu moins gonflés. Pas d’inquiétude, ils sont toujours là mais moins visibles (baisse des stocks de glycogène)

– A partir de 3 semaines d’inactivité : Ça y est, la limite est atteinte et les effets se font ressentir. On constate très concrètement une baisse de l’endurance (diminution significative de la VO2 max) et une perte de masse musculaire à cause d’une diminution du nombre de mitochondries (indispensables à la respiration cellulaire)

– Plusieurs mois sans entraînement : Votre métabolisme tourne au ralenti, vous vous essoufflez beaucoup plus rapidement, votre quantité de graisse corporelle a augmenté et ne parlons pas des muscles que vous aviez mis si longtemps à développer. Où sont-ils d’ailleurs ? Il est vraiment le temps de vous remettre au sport ! J

 

Pour aller plus loin :

Passé l’excitation des premiers jours d’inscription à la salle de sport, la routine prend parfois le dessus sur la motivation. Et si ce n’est pas la routine, c’est manque de temps, la météo, la fatigue… bref il y a souvent de mauvaises excuses pour faire des infidélités à votre salle de sport. Voici quelques citations pour vous redonner l’envie d’y retourner.

Et si vous ne fréquentez plus la salle de sport car vous êtes blessé, voici un article qui devrait vous intéresser.

 


PARTAGER CETTE PAGE :