Existe-t-il un juste équilibre entre entraînement et récupération ?

Les vacances se terminent à peine et c’est déjà le moment de faire le bilan de l’été. Farniente pour les uns, activité physique débordante pour les autres… Pour de nombreuses personnes, la période estivale correspond à un ralentissement, voire un arrêt de la pratique sportive. Mais au fait, est-ce qu’il y a un équilibre à trouver entre l’entraînement et la récupération ?

 

La récupération fait partie de l’entraînement !

Quand on parle de « récupération » de quoi parle-t-on vraiment ? D’une coupure annuelle ? D’un repos après une compétition ? D’un ou plusieurs jours de pause dans une routine sportive hebdomadaire ? Finalement la récupération englobe un peu tout ça et c’est à vous d’écouter votre corps pour trouver le juste équilibre entre entraînement et récupération.

Sans parler de bigorexie (addiction au sport), de nombreux sportifs ressentent le besoin de pratiquer une activité physique de plus en plus intense ou avec des objectifs toujours plus élevés. C’est évidemment une bonne chose (on serait mal placé pour dire le contraire…), mais il est primordial de ne pas négliger la phase de récupération.

En effet, cette période de repos (active ou non) est essentielle pour éviter les blessures, limiter la fatigue mentale mais aussi pour permettre à son organisme de se régénérer au niveau énergétique, musculaire, articulaire, etc…

Pour Jean-François Tatard, athlète pluridisciplinaire, « Ce qui fonctionne pour les uns ne fonctionne pas nécessairement pour les autres, mais ce qui est certain c’est qu’il existe un équilibre entre entraînement et récupération ; et celui-ci est très subjectif. Il est illusoire de s’entraîner à haute intensité sans jamais se reposer ». Le plus dur est donc de trouver ce juste milieu entre l’activité et la phase d’assimilation.

Quelques conseils pour une récupération optimale

Conseil n°1 : Assumez cette phase de récupération. C’est parfois le plus compliqué car certains athlètes (souvent débutants) culpabilisent de ne pas s’entraîner. C’est pourtant essentiel pour votre corps, quelle que soit l’activité que vous pratiquez. N’oubliez pas que la récupération fait partie intégrante de l’entraînement.

Conseil n°2 : Planifiez vos entraînements. Qu’il s’agisse d’un programme sportif annuel, mensuel ou hebdomadaire, il est important de noter noir sur blanc vos moments d’activité et vos phases d’assimilation. La planification permet à notre mental d’intégrer de façon plus ou moins consciente les taches que vous lui réservez. Il est notamment recommandé de faire une coupure de 2 à 4 semaines au moins une fois par an : à vous de choisir en amont si ce break aura lieu pendant l’été ou l’hiver… et pourquoi pas les 2 si vous en avez besoin ?

Conseil n°3 : Profitez-en pour recharger les batteries. Votre corps est une machine que vous devez entretenir et cette phase de récupération est l’occasion de recharger votre organisme en glucides, protéines, antioxydants… Pensez aussi à vous hydrater régulièrement afin d’être au top pour la reprise.

Conseil n°4 : Dormez ! Un sommeil de qualité permet à votre corps de mieux se régénérer. Si vous en avez la possibilité n’hésitez pas à faire une sieste de temps en temps, votre organisme vous remerciera.

Conseil n°5 : Faites-vous plaisir… A un certain niveau, le sport nous met face à des contraintes exigeantes, qu’elles soient alimentaires, physiques ou psychologiques. Pour ne pas abandonner, il est nécessaire de s’accorder des petits plaisirs occasionnels : un bon restaurant, une nuit blanche sur le dancefloor, deux parts de ce délicieux gâteau au chocolat…

 

Pour aller plus loin :

– Après un effort physique, votre corps a besoin de protéines qui contribuent à restaurer la masse musculaire, de glucides pour retrouver de l’énergie, ainsi que de vitamines pour réduire la fatigue. > Découvrez les boissons de récupération Apurna

– Comment bien récupérer après un effort long > Lire l’article

 


PARTAGER CETTE PAGE :