Les poumons de Jeff sont en feu, l’acide lactique paralyse ses cuisses, n’importe qui arrêterait de pédaler, il accélère....

Jean-François Tatard, Jeff pour les intimes, n’est pas homme à lâcher comme ça. Il connaît le prix à payer pour être le meilleur. Ce cycliste double champion de France corpo nous le dit : « La préparation est primordiale, c’est elle qui vous fait tenir quand les autres craquent. » Quand on l’interroge sur les détails de ses préparatifs, il répond : « Je suis horrible, j’ai plein de TOC, si je vous les raconte vous allez me prendre pour un psychopathe ! » Que fait-il par exemple? « La veille, je tonds ma pelouse, je nettoie ma voiture, je remplis mon frigo… comme ça j’ai l’esprit libre le jour de la compétition. » Il poursuit, en nous expliquant qu’avant chaque épreuve, il se prépare toujours le même petit déjeuner : gâteau énergie Apurna, fruits, eau…

Dans son besoin de contrôle, il a aussi imaginé un système d’entraînement totalement atypique qui s’inspire de la méthodologie d’entraînement en course à pied (l’athlète est aussi marathonien). « Je la trouvais mieux élaborée, ne laissant pas de place au hasard. » Ainsi, les séances de VMA (Vitesse Maximale Aérobie) qu’il pratiquait en running, il les a transformées en PMA (Puissance Maximale Aérobie) pour le vélo. « Je n’accumule pas des centaines de kilomètres comme beaucoup de coureurs. J’ai établi un programme très personnel. » Sa semaine type : le lundi, récupération cool sur la route. Le mardi, séance home trainer dans le garage, 20 à 30 minutes à haute intensité.

« Je roule entre 50 et 55 km/h pendant 1,2 ou 3 minutes. Ensuite, je récupère 3 minutes et je repars à fond. J’ai les poumons en feu ! » Le mercredi, 3 ou 4 heures de vélo. « Je roule à 30km/h maximum, je ne monte pas dans les tours. » Le jeudi, course à pied tranquille. Le vendredi, home trainer toujours au garage. « Je roule 20 à 30 minutes à 80% de ma PMA, en fractionné, 8, 10, puis 6 minutes, c’est suffisant. Je suis à 49 km/h comme quand j’attaque pour sortir du peloton. » Le samedi, balade en vélo sur le petit plateau. « Je fais tourner les jambes, je vérifie le matériel, je mets de belles jantes carbone hautes. Je ne brûle pas d’énergie. » Enfin, le dimanche, c’est la course.

Pour ce curieux polymorphe, la nutrition est aussi un champ d’expérimentation :

« J’ai réduit mes apports en protéines animales,

par contre je consomme des graisses : huile d’olive, avocats, et aussi des légumineuses comme les lentilles, les pois chiches. » Comment s’alimente-t-il sur les courses ? « Avant, je prends des boissons d’hydratation isotoniques Apurna. Durant la course, avec les efforts intenses, j’ai du mal à manger du solide : les gels sont parfaits pour moi. Enfin, les boissons de récupération prêtes à l’emploi sont idéales après l’effort. » Coureur cycliste, coureur à pied, Jeff a encore plein de rêves dans la tête et dans les jambes.

Les produits recommandés par
Jeff

Pot de 500g (dose pour 3 jours)

Pot de 400g (soit 3 portions)

Pot de 500g

Étui de 135g (5x27g)

Découvrez d'autres
HISTOIRES

A travers différents témoignages, Apurna part à la rencontre de sportifs professionnels et amateurs qui considèrent que leur nutrition est aussi une discipline. Découvrez leur histoire…

VTT
Témoignage de Maxime N’Guyen

Aujourd’hui, il neige sur Fontainebleau, Maxime déteste le froid mais il est content car ce temps l’aidera à mieux courir sous les 30°C du Cap...

Duathlon
Témoignage de Benoît Nicolas

Scotcher les lanières de son casque cela fait gagner 2 ou 3 secondes. Celles qui ont permis à Benoît d’être 2 fois champion du monde de Duathlon...