Comment se préparer à une compétition ?

Participer à une compétition d’endurance est toujours un moment à part. Qu’il s’agisse de votre première ou de votre dixième course, il y a toujours un peu d’appréhension autour de cet événement. Car n’ayons pas peur de le dire : une compétition est toujours un événement qui doit se préparer précautionneusement. Voyons comment.

 

Votre compétition se prépare en amont de la compétition

Certains vous diront qu’une compétition se prépare dès l’entraînement : Oui, mais pas seulement… C’est dès l’inscription que vous entrez dans les starting-blocks. Si vous avez choisi cette course ce n’est pas par hasard, vous le faites avec un objectif. Même « terminer cette épreuve » est un objectif en soi. Quel que soit le résultat espéré il est important de visualiser votre succès. Le pouvoir de votre mental est immense et désormais vous devez vous concentrer sur cet objectif à atteindre.

Outre cette préparation mentale n’oubliez pas de régler le plus tôt possible les détails logistiques de type : où aller chercher mon dossard, ai-je bien toutes les épingles pour l’accrocher, mon certificat médical est-il à jour, etc…

 

Pendant l’entraînement : les choses sérieuses commencent

Pas de compétition sans plan d’entraînement ! Evidemment celui-ci doit être déterminé en fonction de votre objectif. Que ce soit pour un marathon en moins de 4 heures, un semi en 1h30, un premier triathlon ou un 10km, etc, vous trouverez forcément votre bonheur sur Internet. Quoi, vous n’avez pas trouvé ? C’est peut-être le moment de faire appel à un coach pour vous aider.

La phase d’entraînement est aussi le moment idéal pour choisir votre tenue de course, vos chaussures, vos chaussettes. Et une fois que c’est fait n’en changez plus, même contre le tee-shirt officiel de la compétition : vous risqueriez de vous retrouver avec une petite étiquette qui gratte ou une matière pas toujours agréable à porter. Pareil pour les chaussures : ne vous amusez pas à acheter une nouvelle parie la veille de la compétition !

Enfin, selon la durée de l’épreuve vous pourriez être amené à consommer des compléments nutritionnels (gels énergie, boissons d’hydratation, barres énergies…). Comme pour votre tenue, vous pouvez faire des tests bien en amont mais ne prenez pas le risque de changer de produits quelques jours avant votre épreuve.

 

 

72 heures avant l’épreuve : la nutrition au cœur de votre préparation

La compétition approche : votre hygiène de vie doit être la plus saine possible pour maximiser les chances d’atteindre votre objectif. Commencez par réduire ou arrêter votre consommation de café, évitez progressivement les aliments avec des fibres et surtout : reposez-vous ! Le sommeil est primordial à seulement quelques jours de votre épreuve.

3 jours avant votre compétition, il faut également penser à vous hydrater beaucoup plus que d’habitude (en moyenne 3 litres par jour) et vous recharger en glucides. Si vous n’avez pas encore entendu parler de la charge glycémique, n’hésitez pas à lire cet article qui vous expliquera les bienfaits de cette pratique pré-compétition.

 

C’est le jour J : pas de panique !

– Programmez votre réveil assez tôt afin de vous préparer en toute sérénité. Ce n’est plus le moment de repasser ses affaires ou de se demander où est rangé son dossard : ça vous avez dû le faire la veille.

– Pour votre petit-déjeuner, évitez les innovations de dernière minute et mangez ce que vous avez l’habitude de consommer avant vos entraînements. Sachez aussi que le gâteau énergie prêt à l’emploi répond parfaitement aux besoins des sportifs d’endurance juste avant leur compétition.

– Si le soleil est au rendez-vous, n’oubliez pas votre crème solaire, votre casquette, et vos lunettes de soleil (c’est toujours bien de le rappeler).

– Échauffez-vous ! 10-15 minutes de footing pour faire chauffer la machine et ça y est, vous êtes prêt pour le top départ. Bonne course !


PARTAGER CETTE PAGE :